Pollution : Nocive pour la santé et le sport

Sport Et Pollution

La pollution est connue pour être dangereuse pour la santé en entrainant des cancers, des maladies respiratoires… Mais en plus, elle influe sur l’activité physique. Elle augmente la sédentarité et nuit à nos artères. C’est le résultat de l’analyse de Withings et Accuweather.

 

La pollution de plus en plus présente

Durant une année, les 2 sociétés ont analysé le niveau d’activité de 5 000 individus disposant de tracker d’activité qui prend des mesures du nombre de pas que ceux-ci effectuent et leur activité physique à Los Angeles, à Pékin et à Paris. D’après les données, Pékin est la ville la plus touchée par la pollution. La ville subit d’ailleurs une alerte maximale à la pollution. L’étude indique 3% de jours soumis à une bonne qualité de l’air, 47% de jours défavorables pour la santé et 18% de jours dangereux.

Les Pékinois augmentent alors de 21% la durée d’exercice lors des quelques jours non pollués vis-à-vis des jours ‘très préjudiciables’. Ce genre d’attitude correspond parfaitement aux avertissements de préventions émis durant une alerte à la pollution. En outre, que ce soit Los Angeles, Pékin ou Paris, les autorités déconseillent fortement la pratique du sport en extérieur quand le seuil maximal de pollution est atteint. En effet, lorsqu’on fait du sport, nos bronches s’ouvrent et on inhale davantage de particules viciées. C’est surtout la course à pied qui est déconseillée.

À Los Angeles et à Paris, dont la pollution n’est pas au même niveau que Pékin, il y a toujours autant de joggeurs dans les parcs que ce soit durant une période normale ou pendant les pics. D’après l’étude de Withings, dans ces deux villes, les habitants ne modifient pas leur pratique sportive selon les concentrations de dioxyde d’azote ou de particules fines dans l’air.

Laisser un commentaire