Santé connectée : ResearchKits, application iPhone pour la recherche clinique

ResearchKits

De nombreuses pathologies comme le Parkinson, le cancer du sein ou l’asthme sont sujets de recherche clinique. Cette dernière jouira d’une application iPhone, lancée le lundi 9 mars 2015 par Apple, qui vise à récolter des données sur la santé de ses utilisateurs. Jeff Williams, un des responsables de la marque Apple affirmé que cet outil nommé ResearchKits est conceptualisé pour procurer une ouverture à la communauté scientifique, en matière de population diverse et de moyens variés pour récupérer des données. Quand un utilisateur d’iPhone rentre des informations, telles que poids et taux de glucose, concernant sa santé sur des applications santé, un médecin ou un chercheur peut y accéder après consentement.

Une large base de données

Contribuer à la recherche clinique sur des maladies telles que l’asthme, le cancer du sein, les maladies cardiovasculaires, la maladie de Parkinson ou le diabète est l’objectif d’Apple avec ResearchKits. Beaucoup de données plus simples, plus précis, et plus larges seront récoltés avec cette application, car les utilisateurs d’iPhone sont nombreux (en dizaines de millions). De ce fait, les informations pourront affiner les résultats des études entreprises. En gros, ResearchKits est un concept innovant qui contribue à la progression des études médicales se rattachant à diverses pathologies.

Guy Fagherazzi, chercheur en épidémiologie à l’Inserm, n’a pas montré beaucoup d’enthousiasme en affirmant qu’il attend un retour avec une comparaison à un suivi classique. Aussi, rien ne garantit que les données des utilisateurs soient valides. Il a tout de même confiance à cet outil et dit ne pas penser que l’application soit une révolution.

Il ne faut pas oublier que même si Apple assure l’anonymat à ses utilisateurs, ils peuvent choisir de ne pas participer à l’étude et décident des données qu’il veut partager.

21 Gram : Un sextoy qui sort de l’ordinaire

21 grams

Vous pensiez peut-être avoir tout vu sur le marché des sex toys ? Effectivement il est très simple de trouver de nombreux modèles de grandes tailles, petite taille, de toutes les couleurs, des vibromasseurs, des connectés et même des canards vibrants. Mais celui que je vais vous présenter aujourd’hui, vous ne le connaissez pas. Alors, laissez-moi vous présenter en exclusivité, le 21 gram, plus communément appelé  « la boîte à souvenir ».

Qu’est-ce que c’est ?

Ce godemiché très particulier est une création de Monsieur Mark Sturkenboom, designer néerlandais, qui l’a présenté au salon du design à Milan. Le produit est très bien pensé puisque c’est une boîte en bois qui ne peut s’ouvrir qu’avec une clé dorée. A l’intérieur, vous aurez la surprise de trouver une station d’écoute Iphone, un diffuseur de parfum et le fameux 21 Gram. Jusque-là tout va bien, mais sachez que ce sex toy est différent des autres puisqu’il contient une urne (partie dorée) qui peut contenir jusqu’à 21 grammes de cendres d’une personne incinérées, généralement  celle d’un amour disparu. Un tiroir est même disponible dans ce coffret afin d’y contenir des souvenirs comme des bijoux ou des vêtements assez légers. Il est malheureusement impossible de trouver ce modèle pour le moment sur les boutiques coquines en ligne.

Une idée assez folle qui peut fonctionner

Le créateur n’a pas eu cette idée par hasard après un réveil difficile au lendemain d’une soirée bien arrosée. A vrai dire, ce jeune homme était lié d’amitié avec une femme veuve assez âgée qu’il aidait souvent pour porter ses courses jusque chez elle. Mark Sturkenboom avait aperçu chez cette dame une urne posée près de la fenêtre qui renfermait les cendres de son mari. A cette période, le jeune homme avait découvert un article qui parlait des problèmes que pouvaient rencontrer les femmes veuves dans leurs vies intimes. Il a donc eu l’idée de combiner les deux afin de créer le 21 gram. Malgré l’idée innovante, le produit aura beaucoup de mal à s’imposer sur le marché français puisqu’il est interdit de conserver les cendres d’un défunt à son domicile.

 

Loi Santé : les médecins libéraux font appel à la grève

Une manifestation à Paris, réclamant le retrait du projet de loi de Marisol Touraine, sera précédée d’une grève des urgences et des gardes des médecins libéraux. Cette grève sera entamée pour répondre à la surdité de la ministre de la Santé, comme l’a dit Eric Henry, l’un des porte-paroles du Mouvement pour la santé de tous.

Une quarantaine de syndicats et d’organisations étudiantes du monde de la santé composent ce collaboratif mis en place en février pour que ce projet de loi soit retiré. Un appel pour une journée santé morte a été déjà émis pour les médecins, les kinésithérapeutes, les dentistes, les infirmiers, ainsi que d’autres professionnels à fermer leurs cabinets samedi. Pour poursuivre, il sollicite les médecins libéraux faire partie d’une grève des gardes et des urgences de vendredi 8 heures à lundi 8 heures. Cela a été pensé pour démontrer que les libéraux sont essentiels au système de santé français.

Toutefois, Didier Legeais, vice-président de l’Union des chirurgiens de France ou UCDF a déclaré que les pouvoirs publics peuvent mobiliser des professionnels dans le cas où la grève persistait. Il a aussi affirmé le durcissement a pris effet après l’annonce lundi par Marisol Touraine concernant la généralisation du tiers payant d’ici 2017.

Le déplacement mardi de la ministre avec le Premier ministre Manuel Valls dans une maison de santé a été senti comme une provocation supplémentaire auprès du mouvement. Cette maison de santé se compose de professionnels engagés par contrat avec l’agence régionale de santé (ARS). Catherine Mojaïsky, de la Confédération nationale des syndicats dentaires ou CNSD a déclamé qu’une maison de santé était un village Potemkine, et elle se demandait si la ministre fera un passage dans les cabinets des libéraux. Aussi, Philippe Tisserand, de la Fédération nationale des infirmiers ou FNI a déclaré que l’image de la réforme de la médecine de ville correspond à celui du modèle hospitalier et que cela représentait l’administration, la hiérarchie et l’autorité.

La manifestation nationale à Paris est à deux jours avant le début de l’examen du texte de loi en commission à l’Assemblée nationale et le mouvement constitue les organisateurs.

Tiers payant : les franchises recouvertes par prélèvement bancaire

Ségolène Neuville, la secrétaire d’État aux Personnes handicapés a déclaré qu’en 2017, lors de la généralisation, les patients seront affranchis d’avance de frais pour une consultation ou le tiers payant, et les franchises médicales seront touchées par prélèvement bancaire. Elle a annoncé, devant le Sénat à l’occasion de l’examen d’une proposition de loi communiste, que nombreux expriment leur inquiétude quant au recouvrement des franchises médicales et participations forfaitaires après la généralisation du tiers payant.

Un échec pressenti sur le projet de loi santé

loi de santé touraine

Dans un article en fin de 2014, on a pu constater que la loi de santé devrait être étudiée afin de remédier à 20 ans d’erreurs et d’errances politiques concernant la politique de santé. À en voir la situation, on pourrait croire à une opération de sauvetage du soldat Touraine, en se conformant au fait que la dernière version du texte à une semaine de son examen au Parlement après trois mois n’est pas encore connue. En tout cas, imaginer un échec est bénéfique pour l’avenir de notre système de santé.

La ministre et son complexe

Des critiques ont été apportées à la méthode de la ministre concernant son projet de loi. Les démarches qu’elle a effectuées, c’est-à-dire présenter un projet de loi en Conseil des ministres après en Conseil d’État avant d’engager un semblant de négociations, sous la pression des parties prenantes, confirment sa faible aptitude au dialogue. Arrogante, complexée et incompréhensive sont des éléments qui vont à l’encontre d’une négociation sur le changement du système de santé. De ce fait, des contestations massives contre cette loi ont été vues et entendues dans toute la France.

Son départ de l’avenue de Ségur était peut être dû à la manifestation du 15 mars 2015. Il est vrai que c’est de sa faute si cette loi était vouée à l’échec, mais le problème ne se résolvera pas aussi avec son départ.

Libertés individuelles : remise en cause

Ce texte affirme la continuité dans l’erreur de la haute fonction publique et de la classe politique, du fait de remettre à l’État la gestion du système pour l’emmener vers un modèle de service public national à l’anglaise, qui vise surtout à prioriser les résultats accomplis, avant la liberté d’accomplir. Ce modèle met en conflit les exigences de la liberté individuelle, comme ce qui se passe en ce moment en France. Il a pour but de tirer profit de l’utilité, tout en minimalisant la liberté des individus. Ce projet de loi causera d’immenses différences entre assurés et professionnels de santé.

Tous les ministres qui se sont succédés n’ont jamais assumé ce choix et plaident à des projets de loi qui ne sont pas conformes aux discours qui rassurent les acteurs existants. Cela se confirme par le tiers payant généralisé adopté dans les réseaux de soins conventionnés par les organismes d’assurance. De ce fait, la mutualité française soutient cette mesure, qui va créer une expansion des réseaux aux médecins. Aussi, si le pouvoir des agences régionales de santé est accentué, alors l’indépendance professionnelle des médecins libéraux sera réduite. Le groupe UDI a remis une proposition de loi avec un numerus clausus pour l’établissement des médecins généralistes. L’État français veut donc imposer un système public national de santé, comme celui des Anglais, mais les professionnels de santé s’y opposent, vu que le sujet n’est pas un thème de débats politiques, ni de campagnes présidentielles.

Une compilation technocratique sur un projet de loi

Ce projet de loi a été compilé avec des éléments du système de santé. L’étude a été mené dans le but de ne pas correspondre les composantes du système de santé, comme les professionnels de santé, l’assurance maladie, et les établissements de soins. Comme l’a évoqué Montesquieu, les lois sont les rapports qui naissent de la nature des choses, tout en sachant qu’une loi n’est pas un texte qui devient loi juste parce que le législateur le veut, mais par la relation qu’elle soigne avec la nature des choses. Cependant, le projet de loi de santé se met à l’opposée de la nature des choses du système de santé, et c’est la démocratie qui va le faire échouer.

En outre, le tournant étatiste de notre système de santé s’oppose véritablement à la démocratie. Cela peut se voir avec les efforts de la ministre pour ne pas participer à un débat public.

Cette loi échoue déjà dans son élan même, et peut-être que les Français sont bien avancés pour une transformation en ce qui concerne la santé, mais est-ce que nous avançons dans la bonne marche ? Si le gouvernement s’impose sur une loi pareille, alors nous pourrions conclure que le despotisme a remplacé la démocratie.

 

L’ignorance des aides pour payer sa complémentaire santé

De nombreux foyers affichent les dépenses de santé comme premier poste de dépense d’assurances, et cela se voit par l’envolée du coût des complémentaires santés. L’Insee a affirmé que les factures des assurances ont augmenté de plus de 50 % en 15 ans. Aussi, le comparateur Assurland a annoncé que la cotisation annuelle par individu est en moyenne de 650 euros.

La Couverture maladie universelle complémentaire ou CMUC et l’Aide à l’acquisition d’une complémentaire santé ou ACS sont deux dispositifs qui permettent aux personnes qui n’ont pas beaucoup de ressources de s’assurer et ainsi couvrir la part de soins qui n’est pas remboursée par la Sécurité sociale, qui est équivaut à 30 % des dépenses totales.

Un montant annuel allant jusqu’à 550 euros

Mis en place en 2005 est toujours méconnu, l’ACS compte le nombre de bénéficiaires à 1,17 million, alors qu’il y a 2,7 et 3,9 millions de bénéficiaires potentiels.

Son aide ne doit pas être pris à la légère puisqu’elle peut s’élever, annuellement, jusqu’à 550 euros. Cette somme impacte beaucoup sur le coût d’une complémentaire santé de base.

Les montants de l’ACS se différencient selon l’âge des personnes concernées, notamment 100 euros pour les moins de 16 ans, 200 euros entre 16 à 49 ans, 350 euros entre 50 à 59 ans, et 550 euros pour celles qui ont 60 ans et plus. Cependant, les revenus du foyer ne doivent pas aller au-delà d’un certain plafond pour pouvoir y prétendre, notamment il faut 11.670 euros pour une personne, 17.505 euros pour 2 personnes, 21.006 euros pour 3 personnes, 243.507 euros pour 4 personnes, et 4.668 euros par personne supplémentaire.

Remplir un formulaire spécifique avec la référence 12812-02 ou 12504-03, qui doit être attaché avec des pièces justificatives est la démarche à suivre pour faire une demande à la caisse d’assurance maladie afin de jouir de cette aide. Après deux mois, après l’acceptation de la demande, la décision de la caisse vous sera parvenue. Ceux qui ont moins de 60 ans doivent refaire la demande chaque année.

Les contrats responsables et le fonctionnement de la complémentaire santé

L’assuré social percevra son chèque auprès de l’organisme complémentaire qu’il a sélectionné.

Il faut noter que seuls les contrats responsables, notamment des contras avec une couverture d’un panier de soins définis au minimum et qui se conforme au parcours de santé, sont éligibles à ce système, et la majorité le sont.

Cependant, tout en sachant que cette aide paie partiellement la complémentaire, il est essentiel de choisir la complémentaire la mieux adaptée à vos besoins de santé. Les contrats se différencient d’une complémentaire à une autre, et faire le bon choix impacte sur le reste à votre charge.

La CMUC correspond aux personnes avec des ressources inférieures, comme en métropole avec 8.644 euros pour une personne seule et 12.967 euros pour un couple. Cette complémentaire santé garantit une gratuité complète, avec une prise en charge du ticket modérateur, du forfait journalier hospitalier et le versement de certains forfaits, comme pour des lunettes ou des prothèses dentaires. Le public a mieux découvert ce système en 2012.

1 3 4 5