Genève : La pathologie clinique et la médecine légale reçoivent de nouveaux équipements

législatives en Grande-Bretagne

Les HUG (Hôpitaux Universitaires de Genève) ont inauguré un nouvel espace de 2200 m2 comprenant des chambres froides avec tables d’autopsie modernes, systèmes à étages ainsi qu’une salle préservée contre les risques infectieux. Cette nouvelle installation qui comprend des équipements de pointe a nécessité 19.5 millions de francs. Il est prévu pour garantir le confort du personnel œuvrant en pathologie clinique et en médecine légale.

Le stockage des corps

Désormais, la capitale suisse dispose d’une importante chambre froide qui sert de morgue. Il peut accueillir et stocker une centaine de corps en cas de catastrophe.

Filmer les autopsies

Les tables d’autopsie qui viennent d’être installées sont disposées en L, ce qui permet de simplifier le travail du personnel. Un système de ventilation a été créé en vue d’absorber les odeurs produites par le corps. Un dispositif plus complexe envoie de l’air vers le sol afin de protéger le personnel contre les émanations de formol ou autre produit toxique. Par ailleurs, la salle est équipée de caméras servant à enregistrer les autopsies. La salle destinée à la pathologie clinique possède également une table d’autopsie pédiatrique.

Renforcement de la biosécurité

Un dispositif plus sophistiqué est mis en place dans le sas d’entrée prévu pour les cas particuliers (maladie de Creutzfeld-Jacob, tuberculose…). La salle dispose d’une centrale de ventilation à double système si une éventuelle défaillance venait à se produire. Pour assurer davantage la qualité du travail, la salle est équipée de grandes vitres, d’une aération efficace…

À la pointe de la technologie

Désormais, du CURML jouit d’une technologie de pointe conçue par Silke Grabherr. Baptisée ‘angiographie post mortem’, son principe est de restituer la circulation vasculaire par injection de produit de contraste à l’intérieur du cadavre. Ainsi, il est possible d’identifier les éventuelles anomalies ou lésions. À côté, on trouve un nouvel équipement d’anthropologie forensique et d’imagerie. Cela dit, l’analyse radiologique par scanner est réalisée automatiquement avant le déroulement d’une autopsie médico-légale.

L’importance du cœur dans la médecine chinoise

complementaire sante

Si les médecins traditionnels chinois savaient que le cœur servait à véhiculer le sang, ils se concentraient davantage sur son ‘esprit’, appelé aussi ‘shen’. Actuellement, la médecine moderne commence à considérer le cœur tel un organe sensible et pensant. D’après le ‘Traité de la médecine interne de l’Empereur Jaune’, le cœur est vital pour avoir une bonne santé.

La conscience du cœur

Les spécialistes affirment qu’on a toujours attribué une sorte de conscience au cœur. D’après des études, un déséquilibre émotionnel peut avoir une influence négative sur le cœur. Autre preuve de l’existence d’une conscience du cœur : les transplantations d’organes. Souvent, les receveurs d’organes héritent des émotions ou des désirs du donneur.

L’énergie du cœur

La médecine chinoise décrit la santé et la maladie par le Yin et le Yang ainsi que les 5 éléments, dont le feu, l’eau, la terre, le bois et le métal. L’équilibre des éléments est primordial dans le corps. Chaque organe est associé à un des 5 éléments. Le corps devient malade quand l’équilibre de ces éléments est perturbé. Pour sa part, le cœur est associé au feu. Et le feu doit être en harmonie avec le reste des éléments.

Privilégier la prévention

La plupart des décès dans le monde sont causés par les maladies cardiovasculaires. Un cœur en bonne santé permet donc de rester en forme. Les anciens médecins chinois savaient à l’avance quand le cœur allait tomber malade via certains signes : peur, anxiété, obsession… Ainsi, ils ont privilégié la paix de l’esprit, le sens de la communauté et l’établissement d’un but afin que le shen aille mieux.

Le lien entre cœur et langue

Les médecins chinois pouvaient définir le comportement du shen rien qu’en regardant le visage et la langue. Le cœur est trop chaleureux si le bout de la langue est rouge. Mais la relation cœur-langue va bien au-delà. Par exemple, la capacité à parler clairement vient du fait que le cœur est en bonne santé.

Garder l’équilibre du cœur

Le cœur aime le calme et la paix. Les médecins chinois affirment que s’il est soumis aux palpitations ou à l’anxiété, il n’est plus en équilibre. Pour maintenir son équilibre, ils suggèrent d’apprendre la paix intérieure. Mais à noter que si le cœur aime la joie, un excès de joie peut aussi le blesser. Il est donc nécessaire d’équilibrer les sentiments.

La cigarette électronique serait toxique

ecigarette

D’après une étude, le diacétyle qu’on trouve dans les e-liquides provoquerait une grave maladie pulmonaire. Constatant cela, la France a interdit cette molécule sur le territoire.

Le diacétyle est ce qui donne un goût beurré ou caramélisé au e-liquide. Mais selon les chercheurs de l’université d’Harvard, qui ont testé 51 aromes différents de e-cigarettes, le diacétyle est un produit nocif alors qu’il est présent dans 75% des aromes testés. En effet, cette molécule provoque des bronchites oblitérantes chroniques. Il s’agit d’une inflammation des bronches.

 

D’autres effets inconnus

Les effets de cette molécule ne sont pas encore réellement connus. Mais dans l’Hexagone, les fabricants ne sont pas encore inquiets. Depuis le mois d’avril, cette substance n’est plus autorisée à être utilisée comme ingrédient. Toutefois, son utilisation est inévitable, car il est présent naturellement dans plusieurs ingrédients naturels servant à la conception des recharges de cigarettes électroniques à l’instar du parfum chocolat. En France, on étudie des normes et le seuil autorisé est très faible.

Toutefois, le problème vient des produits importés. Les experts invitent à la prudence, car ils peuvent contenir davantage de diacétyle. Beaucoup de spécialistes souhaitent aussi mettre des étiquettes indiquant les composants de l’e-recharge sur le produit. Mais cela signifierait que les fabricants doivent donner leurs recettes. La vraie solution serait donc d’imposer des normes harmonisées, soulignent les chercheurs.

Bien-être des étudiants : Malgré un bon état de santé, les étudiants sont stressés

etudiant stress

Même si les étudiants sont jeunes, ils sont victimes de manque de sommeil et de stress. L’étude menée par EmeVia conclut une détérioration du bien-être des étudiants en Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Un sommeil de mauvaise qualité

L’enquête s’est portée sur 1 777 étudiants dans la région. 94.8% d’entre eux affirment être en bonne santé. Mais 15% des sondés voient mal l’avenir, 21% ont un sommeil de mauvaise qualité et 38% n’arrivent pas à bien gérer leur stress. L’étude indique que 8% des étudiants questionnés ont aussi eu des pensées suicidaires durant l’année.

EmeVia affirme que le sommeil est un point essentiel où il faut adopter des politiques de prévention, parce qu’il peut avoir un effet négatif dans la vie des jeunes : santé physique, santé mentale, réussite des études… L’étude avance que plus de 50% des étudiants qui manquent de sommeil ne dorment que 6 ou 7 h, et 11% ne dorment que 6 h. 1 jeune sur 10 avoue également prendre des médicaments afin d’arriver à dormir.

 

Le sport pour avoir une meilleure forme

Quand les jeunes sont fatigués, ils n’arrivent pas à bien gérer leur stress. 1 étudiant sur 2 confie être très fatigué et ne parvient pas à gérer son stress, explique EmeVia. Plus de 50% des étudiants interrogés ne trouvent personne pour se confier.

L’une des solutions proposées pour favoriser le bien-être reste la pratique d’activités physiques. Les étudiants qui font du sport quotidiennement constituent la majorité des jeunes qui sont en bonne santé, qui ont de l’appétit et qui parviennent à bien gérer leur stress.

Selon l’Unef, les options qui permettent d’améliorer la santé et le bien-être des jeunes se trouvent au niveau de la politique adoptée. À titre d’exemple, les bourses sont insuffisantes, ainsi les étudiants sont contraints d’associer travail et études, ce qui peut les mettre dans une situation insupportable. Aussi, beaucoup de jeunes se demandent actuellement ce qu’ils deviendront en raison de l’instabilité du marché de l’emploi. Et cela a un impact important sur le bien-être des jeunes, martèle l’Unef.

Depuis quelques années, un syndicat se bat pour créer des centres de santé dans les campus afin de promouvoir une offre de soins pour tous les étudiants.

La loi Santé rencontre de nombreuses contestations

juppe et fillon

François Fillon et Alain Juppé veulent abolir partiellement ou totalement la loi Santé s’ils accèdent à l’Élysée en 2017.

L’actuel maire de Bordeaux a déclaré durant un congrès de la FHP qu’il envisageait d’abroger la loi Santé s’il devient Chef d’État. Selon lui, l’État a entamé une démarche de marginalisation de l’hospitalisation privée et cela exaspère énormément les professionnels de la santé.

 

Remettre le privé à sa place

La proposition de loi Santé devrait être adoptée par le Parlement avant la fin de l’année. Elle provoque des mécontentements auprès de plusieurs professionnels de santé. Mercredi, diverses cliniques ont sollicité le gouvernement pour instaurer une ‘égalité de traitement’ entre privé et public.

François Fillon prévoit d’utiliser la santé comme un pilier du développement de la France. Il avoue que rien n’est possible s’il n’existe pas de climat de confiance entre tous les acteurs de la santé et le gouvernement.

Il poursuit que les dispositions de cette loi ne vont pas dans le bon sens et qu’il faut les abroger et adopter des dispositions permettant de favoriser l’égalité entre le secteur privé et le service privé. Tout comme les établissements publics, il faut aussi reconnaitre entièrement la place des établissements privés au niveau de l’organisation des soins, ajoute-t-il.

 

Des lois santé critiquées

En 1995, quand Alain Juppé a proposé sa réforme concernant l’assurance maladie, il a été fortement critiqué. En début septembre, il a avoué que c’était un ‘malentendu’ et qu’il était grandement responsable.

Pour sa part, François Fillon reconnait les défauts de la loi ‘HPST’ adoptée quand il occupait le poste de premier ministre au sein du gouvernement de Nicolas Sarkozy. Désormais, il souhaite simplifier l’organisation des ARS. Mises en place via la loi HPST, les ARS sont prévues pour appliquer la politique de santé au niveau régional en rassemblant chaque acteur (assurance maladie, gouvernement…) et en favorisant une bonne coordination de la médecine de ville, des établissements médico-sociaux, des maisons de retraite et des hôpitaux.

Pollution : Nocive pour la santé et le sport

Sport Et Pollution

La pollution est connue pour être dangereuse pour la santé en entrainant des cancers, des maladies respiratoires… Mais en plus, elle influe sur l’activité physique. Elle augmente la sédentarité et nuit à nos artères. C’est le résultat de l’analyse de Withings et Accuweather.

 

La pollution de plus en plus présente

Durant une année, les 2 sociétés ont analysé le niveau d’activité de 5 000 individus disposant de tracker d’activité qui prend des mesures du nombre de pas que ceux-ci effectuent et leur activité physique à Los Angeles, à Pékin et à Paris. D’après les données, Pékin est la ville la plus touchée par la pollution. La ville subit d’ailleurs une alerte maximale à la pollution. L’étude indique 3% de jours soumis à une bonne qualité de l’air, 47% de jours défavorables pour la santé et 18% de jours dangereux.

Les Pékinois augmentent alors de 21% la durée d’exercice lors des quelques jours non pollués vis-à-vis des jours ‘très préjudiciables’. Ce genre d’attitude correspond parfaitement aux avertissements de préventions émis durant une alerte à la pollution. En outre, que ce soit Los Angeles, Pékin ou Paris, les autorités déconseillent fortement la pratique du sport en extérieur quand le seuil maximal de pollution est atteint. En effet, lorsqu’on fait du sport, nos bronches s’ouvrent et on inhale davantage de particules viciées. C’est surtout la course à pied qui est déconseillée.

À Los Angeles et à Paris, dont la pollution n’est pas au même niveau que Pékin, il y a toujours autant de joggeurs dans les parcs que ce soit durant une période normale ou pendant les pics. D’après l’étude de Withings, dans ces deux villes, les habitants ne modifient pas leur pratique sportive selon les concentrations de dioxyde d’azote ou de particules fines dans l’air.

1 2 3 5